Se construire après une enfance difficile

Estelle est une jeune femme de Porto-Vecchio qui a accepté de nous raconter son histoire. Elle revient sur son enfance et son adolescence, et la façon dont elle s’est construite malgré un environnement toxique.

Alors qu’elle est âgée de huit ans, ses parents se séparent et les querelles commencent entre les deux parties. Ses deux parents sombrent dans l’alcoolisme. Très jeune, elle endosse le rôle de deuxième maman pour ses deux plus jeunes frères.

Estelle strong women Marinella De Castro

« J’essayais de tout gérer. En rentrant de l’école, je m’enfermais dans ma chambre pour pleurer ».

Estelle se réfugie dans la nourriture, prend du poids, et subit des moqueries et des humiliations, à la maison et à l’école.

« J’ai perdu toute confiance en moi. Auprès de ma maman, j’ai vécu un véritable rejet. Je n’ai pas eu beaucoup d’amour, mais moi j’ai un cœur énorme. »

Souvent dans la famille, lorsqu’on m’appelle, c’est pour demander conseil, de l’aide. Je pense que beaucoup d’hommes attendent de leur compagne qu’elles se comportent comme une mère. J’aimerais que ça change.

Je me suis éloignée quelque temps de ma mère. Aujourd’hui, ça va mieux. Mes frères, je les aime énormément. Même si l’on ne se le dit pas souvent. Ce que l’on a vécu ensemble est indéfectible. Je ne veux pas encore d’enfant, mais si je suis maman un jour, j’aurais tant d’amour à donner.

Estelle strong women Marinella De Castro

Il y a quelques années, j’étais en couple avec un homme qui me rabaissait, ne me mettait pas en valeur.

J’ai compris que je reproduisais le schéma que j’ai toujours connu. J’ai eu un déclic, et j’ai décidé que c’était terminé. Que plus jamais, je me ferais marcher dessus. J’ai vécu une renaissance.

J’ai pris ma vie en main. Je ne voulais plus me trouver d’excuses.

Cela fait 4 ans que je fais de la musculation, au début je voulais être très carrée, c’était pour me construire une carapace. Maintenant, je veux être bien dans ma peau. Le sport, ça m’a apporté un style de vie qui me fait du bien, le rythme, la discipline, le bien-être, la santé.

Estelle strong women Marinella De Castro

Je suis sans pitié avec moi, je veux toujours donner le meilleur de moi-même. Je ne m’autorise pas l’à peu près. Je veux être l’inverse de ce que j’ai connu. Je suis très exigeante avec moi, et avec les autres.

Ceux qui entrent dans ma vie, soit ils marchent à mes côtés, soit ils s’en vont. J’aime la solitude, j’ai payé trop cher la mauvaise compagnie.

J’aime ce que je suis devenue en tant que femme. Ma mentalité.

J’ai parcouru du chemin, mais mon corps je ne l’accepte pas encore. Je suis incapable de me mettre en maillot à la plage. Les moqueries et humiliations m’ont marquée. Mais un jour, j’y arriverais. On évolue toute sa vie, je sais où je veux aller.

Estelle strong women Marinella De Castro

Peu importe le milieu d’où l’on vient, l’entourage que nous avons, on peut choisir ce que l’on veut devenir.

Je pense qu’il faut savoir arrêter de se conforter dans son malheur, sortir de sa zone de confort.

Pour moi, on peut se construire soi-même. On en est tous capables.

Merci à Estelle pour son Témoignage

Texte par Delia Culioli 

Photographie par Marinella De Castro

Partager cette histoire
Commentaires
Ouvrir

Hey! Love your articles!

Ajouter un commentaire