mai 18, 2020

Un accident, une vie bouleversée

Marine est une jeune maman de la région Porto-Vecchiaise. Aujourd’hui, elle accepte de revenir avec nous sur l’accident qui a bouleversé sa vie. Alors qu’elle est âgée de 16 ans, Marine est une jeune fille pleine de vie, passionnée de danse, qui aime profiter de la vie.

Nous sommes le 18 mars 2007, suite à une sortie entre amis il est décidé, pour rentrer en toute sécurité, que ce serait la maman de Marine qui viendrait tous les chercher pour les ramener à la maison.

Seulement, sur le chemin du retour leur véhicule fait face à un autre véhicule dont le chauffeur est fortement alcoolisé et roule à 120 km. La voiture de la mère de Marine est percutée de plein fouet du côté de Marine.

Lorsque les secours arrivent, c’est le choc, et il est compliqué d’extraire les passagers de la voiture.

Marine accident strong women Marinella De Castro

Lorsque Marine est prise en charge, on ignore encore à ce moment-là qu’elle est victime d’une triple fracture de la colonne et d’une hémorragie interne, sa rate ayant explosé.

Alors qu’elle se sent partir, elle fait un arrêt cardiaque et vit une expérience de mort imminente.

Lorsqu’elle est réanimée, le retour est violent. Héliportée sur Bastia, elle subit de nombreuses opérations en urgence. Marine a aussi de nombreuses côtes cassées, et un traumatisme crânien. Elle sera placée dans le coma toute la journée pour supporter les douleurs. Lorsqu’elle se réveille, elle se découvre branchée de partout…

« Le corps médical pensait que je ne marcherais plus. C’est le jour où l’on a plâtré mon pied, lui aussi fracturé, que j’ai senti mes jambes. »

Ce n’est que trois mois plus tard que commence une longue rééducation. « Encore aujourd’hui si je ne fais pas de kiné deux fois par semaine je ne marche pas. Je fais aussi des infiltrations. »

« Pendant des années, j’ai subi différentes opérations. Je suis passée par toutes les émotions possibles. La colère, le pourquoi moi, la tristesse, et l’envie de laisser tomber. » « Mais j’ai cette chance énorme d’être debout, d’être vivante »

En effet, Marine est une miraculée.

Marine accident strong women Marinella De Castro

Il y a eu de nombreuses démarches et le procès est encore en cours. L’expertise médicale de la partie adverse essaie sans cesse de minimiser ce que je vis. Souvent, les gens pensent que c’est derrière moi, que je n’ai pas de séquelles, car je souris, je profite de la vie du mieux que je le peux. J’ai mon mari que j’adore, deux merveilleuses filles, donc tout semble parfait de l’extérieur. Pourtant, le quotidien peut être très difficile, parfois je me lève et la douleur est intense, je sais que ce sera dur toute la journée.

Il arrive que je n’arrive pas à me lever, ou que je n’arrive pas à porter mes filles. Cela a forcément des conséquences sur mon humeur. Cela joue sur ma vie de femme et de maman.

Je n’en pouvais plus d’être sous médicaments pour atténuer es douleurs, car ceux-ci m’enlevaient ma vitalité. J’étais l’ombre de moi-même. Je me suis dit que je ne pouvais pas continuer comme ça, je suis alors allée sur Internet, pour trouver de l’aide. Des sophrologues, de l’autohypnose, de la kinésiologie… des heures et des heures de recherches pour trouver ces spécialistes dans ma région. Le parcours du combattant.

Mais grâce à la médecine douce, depuis que j’ai 21 ans, j’ai pu arrêter tous les traitements médicamenteux.

Sauf bien sûr les jours où la douleur est insupportable. Mais cela n’a rien à voir avec ce qu’était ma vie sous traitement chaque jour. Je me suis dit :

« Pourquoi ne pas partager mon expérience pour aider d’autres personnes ? » J’ai pensé à une plate-forme qui regrouperait tous les spécialistes du bien-être. C’est alors qu’à 25 ans j’ai créé Casabalma.

Afin que, depuis chez eux, les gens puissent trouver toutes les aides nécessaires pour apaiser leurs douleurs physiques, mais aussi qu’ils puissent trouver la paix intérieure grâce à des spécialistes incroyables.J’ai croisé des personnes formidables sur mon chemin. Et je souhaitais que d’autres puissent profiter de leur savoir-faire.

Ce que j’ai vécu m’a transformée, ça m’a tournée vers l’aide, l’écoute de l’autre. Je veux que les personnes qui passent ou qui passeront par ces périodes difficiles puissent être entourées de professionnels qui leur veulent du bien, et qu’ils puissent le faire le plus rapidement possible.

Noël dernier, j’ai rencontré l’homme qui a causé l’accident, et je lui ai pardonné. Je ne me réjouis pas de son malheur, il s’en veut terriblement. Dans cette histoire, il n’y a pas de gagnant. Dans mon cœur, il n’y a plus de haine, il n’y a plus de colère, il n’y a pas de place pour cela. Je suis en paix.

Aujourd’hui, Marine est reconnue handicapée à 50 % par la MDPH. Même si tous les handicaps ne sont pas visibles, ils n’en restent pas moins très contraignants et difficiles à vivre. Ça ne se voit pas, mais la personne qui en souffre subit les séquelles au quotidien. Durant toute son existence. Il y a des jours plus faciles que d’autres.

Cet accident a bouleversé ma trajectoire.

Je suis sur une autre fréquence. Je suis très croyante. Ma famille, c’est ma raison de me battre. Je me concentre sur ce qui est essentiel.

Marine accident strong women Marinella De Castro

Ce n’est pas parce qu’une personne sourit, essaie de profiter le plus possible de sa vie, de ses proches, qu’elle ne connaît pas de difficultés. Encore un appel à la bienveillance que nous pouvons partager grâce à Marine.

Merci à Marine pour son Témoignage

La plate-forme qui regroupe les spécialistes du bien-être en Corse de Marine: Casabalma.

Texte par Delia Culioli 

Photographie par Marinella De Castro

Partager cette histoire
Commentaires
Ouvrir
Ajouter un commentaire